Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Groupement paroissial de  Villars les Dombes

Evangile du dimanche 15 mars - 3e de Carême - année A

13 Mars 2020, 07:50am

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Evangile du dimanche 15 mars - 3e de Carême - année A

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean, chapitre4, 5-19b - 26, 39a. 40-42

Evangile de Jésus Christ selon saint JeanEn ce temps-là, Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions. La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »
Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »
La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. Je vois que tu es un prophète !… Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. »
Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »
Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus. Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours.
Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui, et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »

*SAMEDI 14 MARS 2020                                                                                                      18h00 à MARLIEUX sainte messe dominicale anticipée pour la famille MAROKY et ses amis, Paul BAUJARD.                                                                                                     *DIMANCHE 15 MARS 2020 3e DIMANCHE DE CAREME.                                    10h00 à Villars : sainte messe dominicale « pro populo » pour Yvette et Joseph ORTEGA.    .1er scrutin pour Lisette et Emilie.        

 

Voir les commentaires

Ordination sacerdotale de Romain

9 Mars 2020, 10:07am

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

En raison du confinement dû à l'épidémie de Coronavirus, l'ordination de Romain est reportée sine die

             

              

      Pour le Service du Christ et de l'Eglise 

par l'imposition des mains et le don du Saint Esprit

Son excellence Monseigneur Antoine de Romanet

Eveque aux Armées françaises

ordonnera prêtre

Maxime CORPERCHOT

Romain GHANDOUR

le samedi 25 avril 2020 à 15h00

en la cathédrale Saint Louis des Invalides.

 

Lors de la messe du 7 juillet 2019

Ordination sacerdotale de Romain
Ordination sacerdotale de RomainOrdination sacerdotale de RomainOrdination sacerdotale de Romain
Ordination sacerdotale de RomainOrdination sacerdotale de RomainOrdination sacerdotale de Romain

 

Voir les commentaires

Évangile du dimanche 8 mars -2e de Carême - Année A

5 Mars 2020, 15:09pm

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Évangile du dimanche 8 mars -2e de Carême - Année A

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, chapitre 17, 1-9.

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! » Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

 

*SAMEDI 7 MARS 2020   11h00 Baptême de Jean CHOSSAT.                                                                                18h00 à St Marcel ste messe dominicale anticipée pour Solange et Jo PELOUD .        *DIMANCHE 8 MARS 2020 2e DIMANCHE DE CAREME.                                                                          10h00 à Villars : sainte messe dominicale « pro populo » pour Jean et Madeleine GUEDON,  Alain et Pascal PIRAT, Denise et André GRASSET, François GRAUBY

Voir les commentaires

Baptême de Madeleine

5 Mars 2020, 15:00pm

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine
Baptême de Madeleine

Voir les commentaires

Monseigneur Roland et le Coronavirus

2 Mars 2020, 15:41pm

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Épidémie du coronavirus ou épidémie de peur ?

 

Photo Jean-François Grimmer

 

Plus que l’épidémie du coronavirus, nous devons craindre l’épidémie de la peur ! Pour ma part, je me refuse de céder à la panique collective et de m’assujettir au principe de précaution qui semble mouvoir les institutions civiles.

Je n’entends donc pas édicter de consignes particulières pour mon diocèse : les chrétiens vont-ils cesser de se rassembler pour prier ? Vont-ils renoncer à fréquenter et à secourir leurs semblables ? Hormis les mesures de prudence élémentaire que chacun prend spontanément pour ne pas contaminer les autres lorsqu’il est malade, il n’est pas opportun d’en rajouter. 

Nous devrions plutôt nous souvenir que dans des situations bien plus graves, celles des grandes pestes, et alors que les moyens sanitaires n’étaient pas ceux d’aujourd’hui, les populations chrétiennes se sont illustrées par des démarches de prière collective, ainsi que par le secours aux malades, l’assistance aux mourants et la sépulture des défunts. Bref, les disciples du Christ ne se sont ni détournés de Dieu ni dérobés au semblable. Bien au contraire ! 

La panique collective à laquelle nous assistons aujourd’hui n’est-elle pas révélatrice de notre rapport faussé à la réalité de la mort ? Ne manifeste-elle pas les effets anxiogènes de la perte de Dieu ? Nous voulons nous cacher que nous sommes mortels et, nous étant fermés à la dimension spirituelle de notre être, nous perdons pied. Parce que nous disposons de techniques de plus en plus élaborées et plus performantes,  nous prétendons tout maîtriser et nous occultons que nous ne sommes pas les maîtres de la vie ! 

Au passage, notons que l’occurrence de cette épidémie au moment des débats sur les lois de bioéthique nous rappelle fort heureusement notre fragilité humaine ! Et cette crise mondiale présente au moins l’avantage de nous rappeler que nous habitons une maison commune, que nous sommes tous vulnérables et interdépendants, et qu’il est plus urgent de coopérer que de fermer nos frontières !

Et puis nous semblons tous avoir perdu la tête ! En tous cas nous vivons dans le mensonge. Pourquoi focaliser soudainement notre attention sur le seul coronavirus ? Pourquoi nous cacher que chaque année, en France, la banale grippe saisonnière fait entre 2 à 6 millions de malades et provoque environ 8.000 décès ? Nous semblons avoir également évacué de notre mémoire collective le fait que l’alcool est responsable de 41.000 décès par an, tandis qu’on estime à 73.000 ceux qui sont attribués au tabac ! 

Loin de moi donc, l’idée de prescrire la fermeture des églises, la suppression de messes, l’abandon du geste de paix lors de l’Eucharistie, l’imposition de tel ou tel mode de communion réputé plus hygiénique (ceci dit, chacun pourra toujours faire comme il voudra !), car une église n’est pas un lieu à risque, mais un lieu de salut. C’est un espace où l’on accueille celui qui est la Vie, Jésus-Christ, et où par lui, avec lui et en lui, on apprend ensemble à être des vivants. Une église doit demeurer ce qu’elle est : un lieu d’espérance ! 

Faut-il se calfeutrer chez soi ? Faut-il dévaliser le supermarché du quartier et constituer des réserves afin de se préparer à tenir un siège ? Non ! Car un chrétien ne craint pas la mort. Il n’ignore pas qu’il est mortel, mais il sait en qui il a mis sa confiance. Il croit en Jésus qui lui affirme : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vite et croit en moi ne mourra jamais » (Jean 11, 25-26). Il se sait habité et animé par « l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts » (Romains 8, 11).

Et puis un chrétien ne s’appartient pas à lui-même, sa vie est donnée, car il suit Jésus, qui  enseigne : « Celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Evangile la sauvera » (Marc 8, 35). Il ne s’expose certes pas indûment, mais il ne cherche pas non plus à se préserver. A la suite de son Maître et Seigneur crucifié, il apprend à se donner généreusement au service de ses frères les plus fragiles, dans la perspective de la vie éternelle.

Alors, ne cédons pas à l’épidémie de la peur ! Ne soyons pas des morts-vivants ! Comme dirait le pape François : ne vous laissez pas voler votre espérance !

+ Pascal ROLAND

Diocèse Belley Ars


Les prochains rassemblements prévus dans le diocèse (haltes spirituelles le 10 mars à Ambérieu et le 14 à Oyonnax, Journée du Pardon le 28 mars...) sont donc maintenus.
 

Voir les commentaires

Le temps liturgique du Carême

27 Février 2020, 14:56pm

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Le Temps liturgique du Carême

Seigneur notre Dieu, Toi qui aimes à pardonner ceux qui s'humilient et veulent réparer leurs torts, prête l'oreille à nos prières (...). Par leur fidélité à ce temps de pénitence, qu'ils parviennent avec une âme purifiée à la célébration de la Pâque de ton Fils... Prière de bénédiction des cendres.

 - le JEÛNE et l'ABSTINENCE : le Mercredi des Cendres et le Vendredi-saint. (sous peine de péché grave pour ceux qui y sont soumis                                                                            - l'ABSTINENCE: les vendredis (et pas seulement du Carême) Cf. Code de Droit Canon, n°1251.                                                                                                                                     Le jeûne consiste à ne prendre qu'un repas complet, pris à midi ou le soir. Pour les deux autres (petit déjeuner ou dîner par exemple) on prend un minimum (café ou lait sans sucre, pain sec, soupe le soir, par exemple) étant sauves les prescriptions médicales. Y sont soumis: les baptisés de 18 à 60 ans. Les autres peuvent le suivre librement.                         L'abstinence consiste à s'abstenir de viande (à partir de 14 ans). Cf Code, n°1252. Le partage: par l'aumône les fidèles s'efforcent de témoigner de plus d'amour et de solidarité envers leur prochain (en commençant par leurs frères chrétiens), dans leurs besoins matériels, humains et spirituels. .../. page suivante                                                                                    La prière: on sera attentif à prier fidèlement (le matin, le soir, l'angelus trois fois par jour, le chapelet), à rendre visite au Saint-Sacrement de l'autel dans les églises ou chapelles, les Heures saintes ou "adoration", la confession fréquente, etc...                                                   En matière de "sacrifices" (pour mortifier sa volonté propre) on a l'embarras du choix ! D'abord les addictions: tabac, alcool, internet, "portable", la télévision, internet ("les écrans")… La conduite automobile et les limitations de vitesse, la ponctualité (arriver à l'heure et même avant l'heure à la Messe, s'habiller, le dimanche, avec ce qu'on a de plus beau, pour le Seigneur et le lieu saint); etc.                                                                           Pardonner à ceux qui nous ont offensés (au lieu d'entretenir les rancœurs et l'esprit de vengeance…). Celui qui n'aime pas demeure dans la mort (1 Jean 3, 14).                                 Revenez à moi de tout votre cœur... Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements et revenez au Seigneur votre Dieu car Il est tendre et miséricordieux lent à la colère et plein d'amour (Joël 2,12) 1ère lecture du Mercredi des Cendres.                                                              Abbé Laffargue

 

   

Voir les commentaires