Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Groupement paroissial de  Villars les Dombes

Le Mot du Curé

16 Décembre 2014, 09:05am

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Le Mot du Curé

Au sujet de la laïcité

      Qu’est-ce vraiment que la laïcité ? Il est bon de se poser cette question et de voir en quoi consiste exactement la loi votée en 1905 sur ce sujet. En effet, nous pouvons constater à l’heure actuelle que quelques personnes très actives militent pour une laïcité extrême, comme quoi l’extrémisme n’est pas forcément religieux ! C’est ainsi qu’on a pu récemment entendre un député français exprimer sa colère quand le Pape François a été invité à prononcer un discours dans le Parlement européen : pour ce député, la laïcité ne consiste pas à écouter des points de vue différents mais à faire taire les croyants !

      Dans le même sens, à l’approche de Noël, des mairies et des conseils généraux ont été accusés de mettre à mal la laïcité en insérant une crèche dans leurs décorations pour les fêtes de fin d’année. D’autres communes, pour ne pas être inquiétées, sont allées jusqu’à supprimer les étoiles et les anges de leurs guirlandes électriques !

      Mais si nous revenons au texte de la loi de 1905, tout cela n’a rien à voir avec la laïcité ! En effet, la laïcité est tout simplement un mode de gouvernement, car ce qui est laïque, ce n’est pas la société (composée de personnes très variées) mais l’Etat. Confondre l’Etat et la société, c’est tout simplement établir une dictature ! L’Etat est laïque, c'est-à-dire qu’il reste neutre en matière religieuse et ne finance aucun culte.

      Cette neutralité et cette absence de financement ne sauraient être confondues avec une éradication des racines chrétiennes de la France, un combat contre les traditions culturelles ou une opposition envers tout ce qui pourrait avoir un coté religieux !   Mais entre une absence de financement et l’enlèvement de tout signe vaguement religieux, il y a une distance que certaines personnes n’hésitent pas à franchir, et ce en s’abritant sous le label trompeur de la « tolérance ». Pour l’instant, on peut encore librement se souhaiter dans la rue un « joyeux Noël » les 24 et 25 décembre. Pourvu que ça dure !