Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Groupement paroissial de  Villars les Dombes

MISE EN PLACE DU MOTU PROPRIO PAR LE CARDINAL VINGT-TROIS

, 21:39pm

Lettre aux curés et aux prêtres de Paris
Chers amis,
1.
L’intention du Pape. Dans sa lettre d’accompagnement le Pape Benoît XVI exprime les raisons positives qui l’ont conduit à publier ce Motu Proprio. La première est la volonté de faire progresser la communion de l’Église. Il ne s’agit ni de « revenir en arrière » à une pratique préconciliaire ni de donner des gages à des groupes de pression. Il s’agit de prendre une mesure d’apaisement et d’ouvrir la voie à une plus grande communion entre les chrétiens. Ce serait donc aller à l’encontre de cette intention que d’utiliser ce texte pour rallumer une sorte de guerre liturgique. Nous ne sommes pas dans un conflit entre des rites qui feraient de l’Eucharistie un moyen d’opposition ou de division. Nous sommes devant un appel à vivre l’Eucharistie comme une expérience de communion. C’est donc notre premier objectif pastoral.

2.
La règle. Le moyen de faire progresser notre communion sacramentelle est simple. Le Pape Benoît XVI rappelle, comme le faisait déjà l’Exhortation post-synodale Sacramentum Caritatis, que la « forme normale » ou la « forme ordinaire » de la liturgie eucharistique est celle établie par Paul VI, et confirmée par Jean-Paul II, à la suite du Concile, telle que la donne la Présentation générale du Missel Romain.

    La nouveauté est l’élargissement du Motu Proprio de 1988 pour la célébration eucharistique selon le Missel de 1962, désignée comme une « forme extraordinaire » pour bien manifester qu’il ne s’agit pas d’un retour général à la pratique antérieure. Cette possibilité de célébrer selon le Missel de 1962 est élargie à tous les prêtres pour des messes sans participation des fidèles, à des communautés religieuses et à des « groupes stables de paroissiens » qui peuvent en faire la demande à leur curé. Elle peut aussi concerner des demandes particulières pour les sacrements célébrés, soit en latin selon le rituel actuel, soit selon le rituel de 1962.

3. L’application. Ces nouvelles mesures seront applicables à compter du 14 septembre 2007. Nous devons donc profiter de ce délai pour réfléchir aux possibilités de sa mise en œuvre. Mais dès maintenant nous devons donner aux fidèles une information exacte qui corrige les présentations approximatives des journaux. Cette information porte sur trois points : • Il n’y a aucune mesure générale pour remettre en cause la « forme ordinaire » de la liturgie paroissiale. Nous sommes invités à améliorer encore la qualité liturgique de nos célébrations y compris quand c’est pastoralement possible avec des parties latines de l’Ordinaire de la messe. • Les prêtres qui adhèrent à l’usage ancien doivent reconnaître « la valeur et la sainteté » de la messe selon le Missel de Paul VI pour être autorisés à célébrer selon le Missel de 1962. ..
Cardinal André Vingt-Trois, Archevêque de Paris, Président de la Conférence des évêques de France, aux Curés de Paris.