Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Groupement paroissial de  Villars les Dombes

LETTRE PASTORALE DE NOTRE EVEQUE POUR LE TEMPS DE L'AVENT

2 Décembre 2013, 17:08pm

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

 

Accueillir le Seigneur qui vient

 

Dimanche 1er décembre 2013
Premier dimanche de l’Avent

Chers amis,

A l’occasion de l’entrée dans une nouvelle année liturgique, je suis heureux de vous adresser cette troisième lettre pastorale, non seulement pour vous souhaiter à toutes et à tous une bonne année, mais également pour vous proposer à cette occasion quelques points de conversion au service de la mission. Ceux-ci ont pour axe majeur l’accueil.

Nous accueillons Dieu qui advient au cœur de notre histoire humaine

Pourquoi ce thème de l’accueil ? Tout simplement parce que le temps de l’Avent nous invite à accueillir le Seigneur qui vient. Il s’agit de ne pas rater cette rencontre : Vous croyez que le Fils de Dieu est venu dans ce monde, et vous attendez le jour où il viendra de nouveau… dit la bénédiction solennelle des dimanches de l’Avent. Je vous invite donc à tout faire pour véritablement accueillir le Christ dans votre vie. Cet accueil se joue en plusieurs lieux complémentaires et indissociables, dans lesquels je vous invite à vous investir : l’écoute de la Parole de Dieu, la réception des sacrements, et la rencontre de nos frères humains.

Réfléchissez bien à ce qui se réalise à Noël : dans le fragile nourrisson de la crèche, nous accueillons Dieu qui advient au cœur de notre histoire humaine. C’est un événement bouleversant, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer et qui suppose de notre part une grande ouverture d’esprit. Il implique que nous soyons disposés à nous laisser surprendre et à croire à l’inimaginable, contrairement à ce que fait Zacharie (voir Luc 1, 5-22). Il doit nous trouver prêts à surmonter nos craintes et à accepter de renoncer à nos projets humains à courte vue, exactement comme le font la Vierge Marie (voir Luc 1, 26-38) et saint Joseph (voir Matthieu 1, 18-25). L’évangile déplore la non-réception du Christ par ceux qui se laissent enfermer dans l’immédiateté : Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu (Jean 1, 10-11). Puissions-nous ne pas refuser de recevoir celui qui vient généreusement à notre rencontre : Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui et lui avec moi (Apocalypse 3, 20).

Osons croire à tout ce que la rencontre du Christ peut changer

Dieu est à la porte de chacun d’entre nous, mais il n’entre pas par effraction. Il sollicite notre accueil, comme lorsque Jésus vient au devant de Zachée et lui déclare : Zachée, descends vite ; aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison ! (Luc 19, 5). Lui, le Christ, ne craint pas de se compromettre avec notre humanité pécheresse ; et nous, nous ne prendrions pas le risque de l’accueillir ? Osons croire à tout ce que sa rencontre peut changer. Si le Seigneur réclame de descendre et demeurer chez nous, comme chez Zachée, c’est pour nous apporter le salut, répandre sa miséricorde et transfigurer notre existence. Vous constaterez en effet que si vous accueillez de bon cœur Dieu qui vient à vous, cela renouvellera votre vie comme cela a renouvelé celle de Zachée. Comme lui, touché par la rencontre du Dieu vivant, vous discernerez alors ce qu’il est nécessaire de modifier dans votre comportement et avec la force de l’Esprit Saint vous déciderez et accomplirez ce qui doit être fait concrètement, tel Zachée qui déclare : Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus (Luc 19, 8).

Remarquez comment le Seigneur nous rejoint aussi à travers les autres. Observez ce qui se joue dans nos rencontres humaines les plus banales en apparence ! Comme par exemple la visite de Marie à sa cousine Elisabeth (voir Luc 1, 39-45). Voyez comment le Christ révèle sa présence dans l’hospitalité réciproque : chacune des deux femmes goûte la présence de Dieu au cœur d’un échange fraternel qui ouvre à l’expérience spirituelle : expérimenter l’attention de Dieu, éprouver le prix que l’on a à ses yeux, découvrir sa présence consolante… Notez au passage l’ambivalence du mot hôte qui peut désigner à la fois celui qui accueille et celui qui est accueilli, comme pour manifester que les deux postures se trouvent finalement réunies. Voyez comment l’évangélisation commence par la présence à l’autre. Aussi, comme l’épitre aux Hébreux, je vous recommande : Persévérez dans l’amour fraternel. N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges (Hébreux 13, 2).

Le temps de l’Avent s’offre à nous pour raviver notre attention et nous entraîner à accueillir le Seigneur. Je vous fais quatre propositions concrètes et simples à mettre en œuvre. Quatre, c’est-à-dire une par semaine, dans l’ordre que vous voulez et en les additionnant autant que faire se peut.

Première proposition : puisque le Seigneur nous dit : Heureux ceux qui entendent la Parole de Dieu et qui la gardent ! (Luc 11, 28), je vous propose de prendre un moment dans la semaine pour lire et méditer l’évangile du dimanche qui suit. Chacun peut le faire seul, en famille, avec des voisins ou avec un petit groupe.

Deuxième proposition : prenez le temps d’aller recevoir le sacrement du pardon pour vous préparer à la fête de Noël et laissez ainsi le Seigneur vous faire renaître avec lui. Pourquoi vous priver d’un tel cadeau ? Avec saint Paul, Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu ! (2 Corinthiens 5, 20). Ne soyez pas comme le roi Hérode qui se forge une fausse image de Dieu et qui a peur du nouveau-né de Bethléem ! Mais accueillez humblement le pardon et la paix que le Seigneur vous offre gracieusement !

Troisième proposition : pour répondre à l’exhortation de saint Paul : Accueillez-vous donc les uns les autres comme le Christ vous a accueillis (Romains 15, 7), je vous invite à un accueil fraternel au sein de votre paroisse. Prenez l’initiative de rencontrer gratuitement un frère chrétien au-delà des préjugés et des craintes qui vous habitent, pour apprendre à l’écouter, le connaître en vérité, et découvrir Dieu qui vous visite à travers lui. Ayez la simplicité de partager vos expériences spirituelles et de vous dire mutuellement votre joie de croire.

Le temps de l’Avent s’offre à nous pour raviver notre attention et nous entraîner à accueillir le Seigneur

Quatrième proposition : puisque Jésus lui-même se déclare présent dans les êtres humains les plus fragiles, je vous invite à développer un regard bienveillant sur les personnes fragiles de votre entourage, à les accueillir de grand cœur et à goûter comment le Seigneur lui-même vous visite au cœur de ces rencontres. Tout au long de l’Evangile, Jésus ne cesse de nous avertir que lorsque nous accueillons un petit enfant, c’est lui-même qu’on accueille (Luc 9, 48) ; lorsque l’on fait quelque chose pour celui qui a faim, qui a soif, qui est étranger, qui est nu, qui est malade, qui est en prison, c’est à lui-même qu’on le fait (voir Matthieu 25, 34-41). Il recommande aussi de ne pas inviter à sa table amis, frères, parents, riches voisins, tous susceptibles d’inviter en retour, mais d’inviter des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles, qui n’ont rien à nous rendre (voir Luc 14, 12-14). Selon ce que les circonstances et votre prière vous inspireront, mettez en œuvre cette recommandation de Jésus !

Comme vous pouvez le constater, je ne vous propose pas de grande stratégie, je n’élabore pas de vaste programme d’action ! Mais je vous invite à une démarche élémentaire, à une conversion permanente qui a pour base une attitude d’accueil, à mettre en œuvre chaque jour, avec ces quelques objectifs concrets : mieux accueillir la Parole de Dieu, mieux accueillir le pardon de Dieu, mieux accueillir l’autre. 

Bon Avent ! Bonne année chrétienne ! Que le Seigneur vous bénisse et vous garde !

Fraternellement,

+ Pascal ROLAND
Evêque de Belley-Ars

Je propose à tous ceux et celles qui se sentent appelés à porter avec moi ce projet diocésain de conversion au service de l’évangélisation et de la communion fraternelle, de constituer autour de moi une fraternité qui s’engage dans la prière. Je pense notamment,mais non exclusivement, aux personnes âgées ou malades qui ne peuvent plus guère se déplacer ni s’investir dans des actions apostoliques, mais qui seront heureuses de constituer avec d’autres comme un monastère invisible.


Il s’agit d’un engagement très léger autour de trois points concrets : la prière quotidienne du Magnificat de Marie (Luc 1, 46-55), en action de grâce pour Dieu : qui Il est et ce qu'Il fait pour nous dans sa miséricorde ; la méditation de l’évangile du dimanche qui suit pour préparer la messe dominicale, en approfondissement et en communion les uns avec les autres, de la Parole donnée par l'Eglise ; et chaque samedi soir, la récitation de la prière pour le diocèse, point central de ce projet.
 

 

Si vous souhaitez prendre ce modeste engagement, qui n’entre pas en concurrence avecd’autres, mais se veut la réponse à un appel à prier pour que grandisse chez nous l’accueil indissociable de Dieu et des autres, au service de l’annonce de la Bonne Nouvelle, faitesvous connaître et communiquez vos coordonnées en écrivant à :
 

 

Fraternité Magnificat
31, Rue du Dr Nodet - CS 60154 - 01004 Bourg-en-Bresse Cedex
 

 

Comme vous pouvez le constater, je ne vous propose pas de grande stratégie, je n’élabore pas de vaste programme d’action ! Mais je vous invite à une démarche élémentaire, à une conversion permanente qui a pour base une attitude
d’accueil, à mettre en oeuvre chaque jour, avec ces quelques objectifs concrets : mieux accueillir la Parole de Dieu, mieux
accueillir le pardon de Dieu, mieux accueillir l’autre.
 

 

Bon Avent ! Bonne année chrétienne ! Que
le Seigneur vous bénisse et vous garde !
Fraternellement,
+ Pascal ROLAND
Evêque de Belley-Ars