Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Groupement paroissial de  Villars les Dombes

Le Mot du Curé

24 Février 2013, 17:58pm

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Une barque au milieu de flots tumultueux !

      Régulièrement,  des personnes gagnées par le pessimisme me demandent si nous n’assistons pas à la fin du christianisme. Il est vrai que nous traversons en France une période très difficile pour l’Eglise, et que nous voyons beaucoup de nos contemporains s’enfoncer dans une existence de plus en plus étrangère à la foi chrétienne, même parmi ceux qui se disent encore «très-croyants-mais-pas-pratiquants » !

      Cependant, sans garantir la fidélité de tous ceux qui la composent, Jésus-Christ a promis une assistance indéfectible à son Eglise. C’est ainsi qu’elle continue toujours sa route malgré les secousses. Humainement, à plusieurs reprises, l’Eglise a été sur le point de disparaître. Ce fut le cas dès le IIIème siècle où la plupart des baptisés adhéraient à l’arianisme, une hérésie qui niait la divinité de Jésus-Christ : saint Athanase était presque seul pour maintenir la foi catholique. Durant ce que l’on a appelé « le siècle de fer » (Xème siècle), c’est la hiérarchie ecclésiale qui était incapable de diriger la barque, les papes étant imposés par des familles romaines sans aucun scrupule. Après la Révolution française, que restait-il de l’Eglise dans notre pays, si ce n’est des bâtiments en ruine ? Et chaque fois, des chrétiens se sont retroussés les manches pour se remettre au travail, l’Esprit Saint leur donnant des idées nouvelles pour reprendre l’œuvre d’évangélisation et d’humanisation de la société.

      Non, l’Eglise ne peut pas disparaître car, avant d’être « notre » Eglise, elle est celle de Dieu ! C’est bien ce que nous affirmons chaque dimanche lorsque nous proclamons « je crois en l’Eglise ». Grâce à Dieu, elle subsistera toujours, ce qui n’est pas le cas de ceux qui s’acharnent contre elle et qui meurent les uns après les autres, et tombent dans l’oubli.