Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Groupement paroissial de Villars les Dombes         

MERCREDI DES CENDRES : ENTREE EN CAREME

9 Mars 2011, 11:19am

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

La symbolique des cendres

mercredi-du-cendre.jpg


La cendre, dont la signification originelle est fort discutée, bien que son usage soit répandu dans la plupart des religions antiques, est souvent associée à la poussière, et symbolise à la fois le péché et la fragilité de l'homme.

I. Le cœur du pécheur, d'abord, est semblable à la cendre : le prophète Isaïe appelle l'idolâtre un «amateur de cendres», et le Sage dit de lui : « Cendres, que son cœur ! Plus misérable que la poussière, sa vie ! » C'est pourquoi le salaire du péché ne peut être que cendre : les orgueilleux se verront «réduits en cendre sur la terre», et les méchants seront piétinés comme cendre par les justes. D'ailleurs le pécheur qui, au lieu de s'endurcir dans son orgueil, prend conscience de sa faute, confesse précisément qu'il n'est que « poussière et cendre » ; et pour signifier aux autres et à lui-même qu'il en est convaincu, il s'assoit sur la cendre et s'en couvre la tête.

2. Mais ce même symbole de pénitence sert aussi à exprimer la tristesse de l'homme anéanti par le malheur, sans doute parce qu'on suppose un lien entre le malheur et le péché. Thamar méprisée se couvre de cendre ; de même les Juifs menacés de mort. L'homme veut ainsi montrer l'état auquel il a été réduit et va même jusqu'à se nourrir de cendre. Mais c'est avant tout quand un deuil le frappe qu'il expérimente son néant, et il l'exprime alors en se couvrant de poussière et de cendre : « Fille de Sion, revêts le sac, roule-toi dans la cendre, fais un deuil. »

Se couvrir de cendre, c'est donc réaliser une sorte de confession publique mimée, ce que représente encore la liturgie du Mercredi des cendres : par le langage de cette matière sans vie qui retourne en poussière, I'homme se reconnait pécheur et fragile, prévenant par 1à le jugement de Dieu et attirant sa miséricorde. A celui qui avoue ainsi son néant, se fait entendre la promesse du Messie qui vient triompher du péché et de la mort, « consoler les affligés et leur donner, au lieu de cendre, un diadème.»

Jean-Paul II
audience générale du Mercredi des Cendres, 25 février 1998


MERCREDI 9 MARS à Villars : 

 18h00  à l’église,  sainte messe  avec imposition des Cendres. (jeûne et  abstinence)