Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Groupement paroissial de  Villars les Dombes

BENOIT XVI : EXTRAIT D'UNE INTERWIEW DE MGR PERRIER A L'OSSERVATORE ROMANO'

12 Septembre 2008, 08:57am

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Mgr Perrier évêque de Tarbes et Lourdes évoque la figure de Benoît XVI à quelques jours de sa venue à Lourdes en pèlerinage dans le cadre du Jubilé des Apparitions. (©Osservatore Romano)

 

« Benedictus qui venit i nomine Domini ! » Ces mots du psaume repris par la foule de Jérusalem le jour des Rameaux, sont repris à chaque Eucharistie : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » Benedictus se traduit aussi par Benoît…..

 

……. Le monde est anxieux de son avenir. Nos sociétés sont incertaines de leur solidité. Notre culture du divertissement cache mal un déficit de sens qui peut coexister avec un certain bonheur. A ce monde, il est important que quelqu’un dise qu’il n’est ni maudit ni oublié mais, au contraire, que Dieu l’aime et le bénit, malgré ses blessures. La bénédiction originelle de la Genèse n’est pas retirée à l’homme.

      Que « l’homme en blanc » soit un signe de bénédiction, alors que les religions se laissent trop facilement enrôler dans de nombreux conflits ! 

Que « l’homme en blanc » soit un signe de bénédiction, alors que des prêtres ont commis des crimes contre les enfants, ceux que Jésus, lui, bénissait !

Que « l’homme en blanc » soit un signe de bénédiction, alors qu’il faut refuser certaines prouesses de la technique qui deviendraient une malédiction pour l’humanité !

 

      Il fallait une grande foi et beaucoup d’humilité pour accepter de pareils défis. Dans le chemin de Croix qu’il avait prêché le Vendredi Saint 2005, quelques jours avant la mort du Pape, et dans les discours tenus avant l’ouverture du conclave, le cardinal Ratzinger n’avait pas enjolivé la situation spirituelle de l’Église, surtout en Occident. C’est donc en connaissance de cause qu’il accepta la charge, alors qu’il espérait pourvoir retourner à ses chères études.

 

      Deux béatitudes s’appliqueraient particulièrement au Pape Benoît XVI: « Bienheureux les doux » : la douceur est peut-être dans son caractère mais ce qui est un don naturel peut aussi devenir un charisme au service du Royaume. Dans ce monde de violence, non seulement terroriste, mais aussi économique, voire culturelle, la douceur à la manière du Christ n’est-elle pas une manière de faire signe ?

L’autre béatitude serait celle des artisans de paix. Benoît XVI cherche l’unité. Il sait que l’unité est indissociable de la vérité. C’est pourquoi il se montre exigeant dans le dialogue, qu’il soit œcuménique ou interreligieux : c’est une façon d’honorer ses interlocuteurs…..

…..Dans l’Église catholique, il ne voudrait pas que des fidèles vivent séparés, au prétexte d’une manière ancienne de célébrer. Mais là encore la vérité ne doit pas être sacrifiée à une unité qui ne serait que de surface : le Concile Vatican II doit être correctement interprété, mais ne peut être annulé.

      Les Français et d’autres aussi,  ont, sans doute, découvert un peu mieux le Pape Benoît XVI à la faveur de son voyage aux États-unis. Nous avons pu voir avec quel courage il affrontait les scandales, avec quelle délicatesse il écoutait les victimes, avec quelle aisance il se mouvait dans cette société si éloignée de sa propre culture, avec quelle autorité amicale il encourageait ses frères évêques, avec quelle sobriété liturgique il célébrait dans les stades, avec quelle hauteur de vues il s’adressait aux délégués des Nations unies, avec quelle émotion il communiait à la douleur, encore vive, de la ville de New York frappée par les attentats du 11 septembre.

      Au long des jours de son voyage, nous avons constaté un changement de ton dans les commentaires des médias. Il les a surpris. Attendons-nous à être surpris. Nous pourrions, nous aussi, le surprendre en venant très nombreux pour lui montrer que nous l’aimons et que nous faisons corps avec lui, en Église.