Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Groupement paroissial de  Villars les Dombes

L'attentat (la tuerie) du 13 novembre à Paris

20 Novembre 2015, 17:02pm

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

L'attentat (la tuerie) du 13 novembre à Paris :


C'est sur les premières paroles de la chanson I meet the devil and this is his song (Je rencontre le diable et ceci est son chant) : Kiss the devil (J'embrasse le diable) que le groupe américain les Eagles of death metal (Les aigles de la mort...) ont déclenché les premières rafales des mitrailleuses dans la salle de spectacle le Bataclan à Paris (XIème arrondissement) pour commencer le carnage qui a fait 89 morts parmi les 130 victimes des attentats en divers points de la capitale. Le fameux Daech a revendiqué ces meurtres en dénonçant les centaines d'idolâtres de cette fête de perversité ("Le Figaro" du 16 novembre pp. 4 et 5).


Pendant la messe de dimanche soir en la cathédrale et basilique Notre-Dame célébrée par le
cardinal-archevêque de Paris Mgr André Vingt-Trois, l'organiste déchaîné (ou enchaîné !) fit une improvisation sur La Marseillaise, l'hymne national (Qu'un sang impur abreuve nos sillons... : quel message de paix !), alors que le pilier de la Vierge, à droite de l'autel, était illuminé des trois couleurs...


Cette manifestation des épousailles apparentes de l'Eglise catholique avec la République française (alors que la France ne se réduit pas à l'une des cinq républiques récentes et à ses "valeurs" si éloignées des valeurs chrétiennes !) pouvait prêter à confusion et à de graves critiques bien que le message délivré par l'homélie du cardinal était profondément chrétien...
Liturgiquement, pour le peu que j'en ai vu et supporté, quelle pauvreté et quel misérabilisme ostentatoires ! Curieux calice maigre et haut perché... Encensoir hideux.... Cardinal seul à le manoeuvrer en solitaire autour de l'autel si laid des années destructrices d'après concile et ce violet-bleu que l'on doit aussi à son prédécesseur pendant que l'organiste jouait une musique pénible qui n'avait rien à voir avec une messe des défunts et en pleine dichotomie avec l'Offertoire qui a suivi...


Abbé Christian Laffargue.
Chapelain au Santuaire Notre Dame de Montligeon