Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Groupement paroissial de Villars les Dombes         

Le Mot du Curé

8 Décembre 2014, 21:44pm

Publié par Paroisse Catholique de Villars les Dombes

Réponse à un paroissien suite au Mot du Curé du 23 novembre sur les guérisseurs :

       Merci pour votre courriel intéressant. Vous avez travaillé le phénomène de la sphère des guérisseurs que je ne maitrise pas aussi bien que vous.

Le mot du Curé voulait surtout aider les paroissiens à faire un petit discernement,  avant de consulter un « guérisseur » qui est aussi souvent un charlatan qui fait payer très cher ses services auprès de la misère humaine.

       Ce que je vois dans le ministère, c’est souvent les dégâts collatéraux provoqués par des séances de « guérison » en laquelle il faut abdiquer de toute rationalité pour s’abandonner dans un acte de Foi dans le don du « thérapeute ».

       Une question se pose alors : l’origine du don ? Si celui-ci est occulte et transmis par une autre personne, le fameux « secret », alors qu’il s’agit avec une grande  certitude d’un rituel magique (magie blanche) qui fait appel à la puissance des anges déchus et qui produit de mauvais fruits par déplacement de symptômes. Oui, les démons qui sont des puissances du « monde spirituel créé » (St Thomas) ont des pouvoirs réels sur la matière et la partie inférieure de l’âme lorsque l’on fait appel à eux par un rituel analogique à celui des sacrements et qui produit l’effet demandé.

       Mais les démons qui sont menteurs et homicides ne donnent rien gratuitement. Ils guérissent d’un côté-là où on souffre, mais détruisent ce qui est essentiel, la vie théologale du  « patient », présage d’une prise de distance prochaine avec la prière personnelle et la vie ecclésiale, la liturgie surtout. Le Salut est alors compromis par la perte de la Foi , de l’Espérance et de la Charité.

       Dans la Bible, Dieu peut confier ses pouvoirs divins à des hommes (St Paul 1Co, 12-9). Ce sont des charismes (grâces) qui renvoient non pas à celui qui les exerce, mais à la source de celui qui les donne. C’est pourquoi le mot  « guérisseur » n’existe pas dans le Nouveau Testament. Saint Pierre dira à Enée le paralytique : « Jésus te guérit » (act.9, 34) et non pas « je te guéris ».   

       Toute référence de pouvoir à soi-même est suspecte et potentiellement dangereuse car les démons qui dominent le monde créé (Prince de ce monde) agissent à travers la personne initiée ou le médium, mais de façon dissimulée sous de bonnes intentions compassionnelles pour s’introduire plus profondément dans l’âme et le corps du consultant qui lui a donné sa foi et sa confiance.                                                                                     

       En dehors de ce don divin reçu gratuitement et discerné dans l’Eglise, il vaut mieux ne pas mettre en œuvre d’autres pouvoirs, même dits naturels comme le magnétisme qui étant une énergie qui vient de la terre peut être aussi vectrice des entités négatives spirituelles : les démons.

       Il vaut mieux alors se tourner humblement, dans la Foi, vers Jésus qui a donné à ses Ministres sacrés le pouvoir de guérir les corps et les âmes en son Nom par la célébration de l’Onction des malades.

       J’espère que ce petit complément vous sera utile. Je vous bénis de tout cœur.

                                                                                           Abbé Pierre Friess